Bonne Année VTT 2022 !

Espérons que 2022 soit enfin l’année de sortie du Covid et du retour à une vie un peu plus normale avec un max (que) de bonnes nouvelles …

Vttescapade vous souhaite le meilleur pour cette année à venir. Que la santé, la joie et le partage soient au rendez-vous et à très vite sur la toile et sur les sentiers.

Bonne Année VTT à tous et toutes 😉

Vert Luisant – 20ième édition !

Le VL 2021 revient en force cette année après une année 2020 exceptionnellement off cause Covid 🙁 Une fois n’est pas coutume, cette année c’est à partir du Centre de loisirs de Bouconne que la rando s’organise. Exit Lasserre et sa montée infernale, ce sera directos dans la forêt que ce soit pour le départ, l’arrivée et bien entendu la troisième mi-temps tant attendue … Il est 18h00 et déjà le parking circulaire du centre de loisirs se remplit à vue d’œil alors que la nuit s’installe tranquillement. Je retrouve, comme dab, Yves à l’accueil après avoir montré patte blanche (Pass sanitaire oblige) et récupéré les fameux roadbooks auprès de l’organisation alors que les copains arrivent bien vite cette année excepté Steph mais on le connait, il va débouler en vélo direct !

Entre une part de quiche, un Tpunch  et un rouleau de scotch, les roadbooks sont rapidement pliés avec le premier roadbook numérique sur smartphone (By Renaud), il faut bien ça pour la 20ième édition du VL ! Si l’apéro laisse place aux préparatifs  des montures, lumières et installations diverses, l’heure du départ arrive bien vite juste derrière les Negrette MTb, la team d’Eric.

19h42, Go, Alain, Stéph qui nous a rejoint in extremis puis Renaud sont aux guidages, Galipo s’essaye non sans mal au compteur, j’innove également au compteur version GPS alors que Nico, et Quentin ferment la marche des Pass partout.

On déroule les diapos comme dab avec à chaque stop un savant calcul pour additionner et annoncer la distance prochaine à venir. Si Galipo et son compteur non étalonné sont à la rue, heureusement Gilou et surtout Garmin veillent !  Quelques soucis d’éclairages vites réglés et les diapos s’enchainent dans la pénombre alors que les lucioles envahissent la forêt dans un ballet de VTT qui se croisent, se recroisent … L’appel du vin chaud sonne vers le km 10 dans un stand ravito noir de monde … On prendra bien 20 minutes pour se réchauffer (et boire)… C’est déjà repartit, le groupe est bien au complet, ouf ! Après une trentaine de diapos, nous retrouvons … (encore) le stand du vin chaud dans une belle ambiance de boite de nuit à ciel ouvert. Allez, il ne nous reste que 6 bornes pour rejoindre l’écurie et la soupe ! Le trajet se densifie alors avec de nombreux groupes qui bouchonnent aux intersections. Voilà le secteur du télégraphe, sa descente infernale et les dernières bifurcations originales en contournement de la base de loisirs. Sur un long single bien tordu, tout le monde se retrouve en enfilade à la recherche de la dernière bosse vers l’arrivée. Allez, un dernier effort, on grille quelques groupes hésitants au passage et nous voilà  au niveau de la base de loisirs, ça sent l’écurie !

Encore quelques hectomètres et après un ultime pointage, nos montures au repos, il est grand temps d’entamer la troisième mi-temps. Rapide passage aux stands et nous investissons la salle, réquisitionnons la dernière table du fond qui se garnie brusquement de breuvages, victuailles en tout genre… Entre une soupe à l’oignon, pâté, Tpunch, crêpes…. La soirée se terminera un peu plus tard en attendant vainement les Negrettes MTB invisibles en cette fin de soirée, mais où sont-ils donc ?

Minuit, il est grand temps d’aller se coucher, l’heure où les Negrettes MTB arrivent enfin à cause de quelques sentiers récalcitrants sur le parcours A. Merci au passage à Yves d’avoir sauvé les copains d’une belle nuit sous les étoiles !  Merci Cornebarrieu VTT pour l’orga au top, l’ambiance du VL retrouvé , les copains pour le partage de cette belle soirée et … à l’année prochaine, le rdv est déjà pris !

    

 

 

 

 

Escapade autour de Peyriac de mer

Le massif de la Clape fermé en raison des risques élevés d’incendie, je décide d’aller explorer ce matin le secteur de Bages et de Peyriac de mer quelque peu épargné du tourisme de masse et de ces interdictions estivales. 8h, décollage du parking de Bages qui se réveille doucement devant un splendide lever du soleil sur l’étang du même nom, le ride ne peut pas mieux débuter !

Après avoir emprunté les petits pontons que longent les abords de l’étang, je m’échappe du village par une longue ruelle qui plonge brusquement dans la garrigue via un sentier bucolique entre oliviers et vignes sauvages. Rivé sur la trace GPS inspirée de JPR31, maitre des lieux, je prends mes marques, certains passages étant bien cachés, la nature ayant repris ses droits… En évitement du Pech Piérat, je retrouve le bitume de la route de Peyriac, devant l’étang de Saint Paul ou quelques hérons et cormorans me saluent au passage. Juste après le Roc du Salin, direction les carrières en bordure de l’étang sur une piste large, creusée d’ornières, en contournement du massif entre terre en éveil et mer d’huile, un régal. La fin de la boucle est saluée par un balai majestueux d’une patrouille de flamands roses en plein décollage au ras de l’eau… Je file alors tout droit sur les pontons de Peyriac pour une transition d’un autre temps avant d’entamer une seconde boucle tout en haut des crêtes. Si l’ascension se mérite, la progression en balcon est de toute beauté en surplomb de l’étang du Doul dans un panorama format XXL. Sur ces sentiers calcaires travaillés et enracinés, c’est déjà la dévalade vers la digue qui me ramène au village.

Serpentant dans les ruelles étroites, je retrouve le chemin rocailleux des Clauses puis après un peu de jardinage et d’escalade, voilà les bords de l’étang vers l’Oeil du Chat. Je m’arrête un instant sur le spectacle des pélicans et des girafes de la réserve africaine de Sigean juste en face avant de reprendre ses sentes exigeantes et parfumées en retour vers le village de Peyriac. Pas de place pour la pause, voilà le long chemin de Saint Paul dessiné telle une étroite piste et qui file dans la nature laissant rapidement les dernières habitations pour une longue traversée en immersion entre vignes, roseaux et autres bambous. Face à Prat de Cest, je bifurque à gauche sur le large sentier en remontée abrupte de la Combe Vieille avant de poursuivre jusqu’à Pech Crouchet pour une vue splendide en balcon sur le village haut perché de Bages. Il ne me reste plus qu’à me laisser descendre vers le village et le parking au bord de l’eau. Au final, splendide ride de 36km avec pas loin de 600m de D+ tout de même. C’est promis , on reviendra !

     

     

     

Ca déconfine à Bouconne

8 semaines qu’on attendait ce ride de déconfinement et de retrouver les copains ! Il fait bon ce matin lorsque j’arrive au parking Saint louis bien désert.. Désert pas tout à fait car déjà mes compères sont là et à l’heure, eux ! Faut dire que je suis un peu à la bourre ce matin…

Bref, on se salut de loin, quelques boutades pour l’ambiance et hop, Niko prends les commandes de la joyeuse troupe. Depuis la grande allée vers l’arbre d’Alex, on bifurque à la première bosse à droite puis enquillons le premier single venu. La végétation est dense, toute belle et on retrouve déjà ce plaisir de rouler en pleine nature. Quelques monotraces plus tard, ça jardine un peu avant de retrouver enfin les signes de Single Land de notre ami Yves. C’est net, précis, bien dégagé et super roulant. Bien niché sur ce secteur de Bouconne plutôt épargné des dernières pluies, nous allons ainsi enchainer presque deux heures de virolos à droite, à gauche … du pur bonheur. Si parfois il faut se frayer un passage entre les fougères envahissantes, la trace est bien là, difficile de se tromper. S’en suit une alternance ininterrompue de passages en sous bois, entre les arbres avant de retrouver toute la variété d’ambiance naturelle que nous expose Bouconne.

Les VAE sont majoritaires ce matin mais Marc sur son Giant est bien là et suit le rythme imposé par les nucléaires… L’heure tourne et étant attendu pour midi, on décide un retour rapide au parking. Au passage, dernier tronçon avant Saint Louis et Niko nous gratifie d’un bel OTB au passage sur le chemin, heureusement sans mal. Je salue alors les copains de ce beau partage dominical avant qu’on se promette de remettre ça rapidement !