Apéro de Noël à Bouconne.

Nous étions 4 ce matin dans le brouillard de Bouconne. Quentin en short plutôt réchauffé, Alain et son Camel Bag bien chargé… et Bruno en mode « contrarié » en panne avec son Giant Nucléaire ! Après qu’Alain se soit allégé de sa cargaison dans ma voiture, nous prenons la direction de l’arbre d’Alex derrière Bruno et Quentin qui marque le tempo. L’assistance du Giant coupe vers 18 km et réenclenche vers 12 km/h, ce qui a le don d’énerver copieusement Bruno…

Evitant au mieux les flaques et la boue, nous allons tournicoter copieusement entre canyon, singles feuillus et lisière de la forêt en prenant bien soin de rester le plus au sec sur la zone supérieure de Bouconne. Retour au parking après 2h de ride pour le fameux apéro de Noël tant attendu. Alain sort le « 3 Rivieres », citron vert .. pendant que Bruno entame le saucisson, boudin et autres cacahuètes. C’est à la santé du Père Noël en pensant aux absents et … en espérant de beaux sapins bien garnis pour ce soir (sans oublier un dépannage rapide du côté de Giant …) que nous terminons notre apéro de Noêl à Bouconne. Joyeux Noël à tous et à toutes !

 

Escapade gourmande au marché de Noël

Nous étions 4 ce dimanche pour le fameux ride du marché de Noël, place du Capitole à Toulouse. 9h10, Bruno et son VTTAE déboule suivi par Ivan et Nico, visiblement bien en forme la joyeuse troupe !

Après un nettoyage express du spad de Bruno (hé oui), nous prenons la direction du Touch pour une trace des plus classiques. Le terrain est souple, agréable et nous filons bon train dans une sympathique ambiance. Déjà le pont de la Barigoude, nous basculons en face et rejoignons sans encombre Saint Martin et son moulin. S’en suit un peu de bitume, histoire de trouver le pont de Blagnac, traverser la Garonne et remonter sur les berges … C’est sans compter sur les travaux qui nous empêchent d’enquiller le tracé habituel. Nous bricolons un peu, faut bien être 4 pour hisser le VTT Nucléaire de Bruno en haut du talus… Peine perdue, après 500m le long des berges, nouvelle barrière et retour à la case départ…  En quête d’un tracé alternatif, nous dénichons enfin une belle piste entre les berges et les immeubles et après quelques tournicotages, nous retrouvons la place Saint Pierre, signe d’une arrivée toute proche. Encore 1 kilo et nous y voilà. Il est 10h40, les chalets s’animent déjà. Nous posons alors nos montures, la pause gourmande va pouvoir débuter… 

Sans trainer et après nos habituels repérages, Ivan commande le vin chaud avant de déballer le saucisson, histoire de se mettre en condition. Pendant ce temps, Bruno, ayant repéré un stand des cousins canadiens, revient chargé d’une Poutine. Sans trainer avec Nico, direction le stand d’Aligot pour compléter notre affaire alors que Domi arrive lui aussi. Il a dû sentir les bonnes odeurs depuis Labège ! C’est pas tout ça, alors que les fourchettes s’activent et que les godets se vident… Nico assure un ravito à base de Bière de Noël et quelques douceurs locales… Entre photos de familles et habituelles déconnades, les châtaignes grillées permettrons de clôturer comme il se doit, notre séquence gourmande… Il est déjà 11h30, le temps semble virer à la pluie, on remballe vite fait, Domi nous quitte rapidos et nous prenons, à notre tour, le chemin retour, tout droit direction le pont neuf. C’est dur de s’y remettre après notre pause gastro, le vent taquine les visages et faut pédaler fort pour rentrer..

On se cale derrière Bruno à l’abri du vent sur le pont neuf puis sur la traversée de Saint Cyprien et filons encore tout droit vers Lardenne. Sur toute cette portion, quel spectacle de désolation devant toutes ces vitrines cassées, les abribus éventrés , signes des évènements de la veille… Alors que nous filons groupés pour rejoindre les bords du Touch et se mettre un peu à l’abri, un feu rouge quelque peu grillé et hop, Ivan nous fait un soleil au beau milieu de la route. Son genou douloureux, nous marquons quelques minutes de pause avant de reprendre notre chemin. Allez Ivan, dans la douleur et sans attendre trop que cela refroidisse, nous retrouvons une dernière fois le Touch pour un retour plus tranquille à l’écurie. Plaisance, dernier effort, dernière montée avant la pause apéro. Ce sera poche de glace et lingette d’Arnican pour Ivan et Ti-punch pour tout le monde afin de boucler cette matinée gourmande et mouvementée du ride de Noël. Merci les copains pour la bonne humeur communicative et pensées à Ivan en espérant que le bobo ne soit rapidement qu’un mauvais souvenir.

Régalade ventée en forêt d’Eaunes

Suite à la sympathique propal de Philippe, nous nous retrouvons ce dimanche matin devant la maison de notre guide pour une matinée de régalade VTT. J’y retrouve la bande : Yann, Alain, Didier, Lionel, son pote dont j’ai oublié le prénom, Bruno en VAE sans oublier les biclous, locaux pour l’étape du jour ! 9h, la joyeuse troupe de 14 riders décolle enfin derrière notre guide du jour. Au passage en centre ville, nous récupérons encore quelques biclous puis nous plongeons enfin sur les bords de Garonne pour un échauffement mérité, protégé du vent d’autant qui souffle copieusement ce matin !

Le cordon s’étire sur les bords du fleuve dans ces singles ludiques et bien roulants jusqu’à Estantens avant la fameuse belle bosse, histoire de grimper sur les coteaux. La montée est rude et se mérite. Après un bref passage sur sentiers bien feuillus, nous enchaînons sur une belle dévalade avant encore une rude remontée vers les Tuileries, dans la foulée. Après un peu de bitume, histoire de taquiner le vent de face, nous plongeons enfin dans la forêt d’Eaunes et ses fameuses monotraces. Toujours derrière notre guide et encadrés par des biclous au top, nous allons arpenter la forêt au gré de belles séquences mixant descentes DH, tournicotages et remontées dans un dédale de sentiers aussi joueurs les uns que les autres. Après deux bonnes heures et demi de régalade, il est temps de rejoindre l’écurie et, longeant les crêtes, poussés par le vent toujours bien présent, nous retrouvons le milieu urbain de Muret. Nous terminons cette matinée autour d’un apéro revigorant histoire de boucler notre affaire comme il se doit ! Merci Guiness pour l’invitation à la balade, l’apéro et la bande des « BiclousEscapade » pour cette belle matinée de VTT !  

   

   

Le Vert est toujours Luisant en 2018 !

Une fois de plus, c’est la coutume, nous voilà en ce premier samedi soir de novembre, à Lasserre pour la traditionnelle rando du Vert Luisant. J’arrive comme dab en avance, histoire de préparer les roadbooks à coups de scotch et ciseaux .. Au passage, je retrouve Yves et le staff, bien en place et ravis de nous accueillir. Alors que j’en termine avec la finition des roadbooks, me rejoignent : Nico, puis Renaud, Alain, Yvan, Jules et enfin Guillaume pour qui c’est une première. Dans une ambiance chaleureuse pimentée de chambrage, nous dressons l’apéro pendant que les premières équipes se chauffent… Le Neisson coule à flot en pensant à nos amis martiniquais sans oublier Bruno, le grand absent de cette année. Grand absent, pas tout à fait seul car Steph également manque à l’appel. Nous ne sommes pas vraiment inquiets, habitués à ce qu’il arrive à la bourre. Après quelques rasades accompagnées de saucisson, quiche et autres victuailles solides, nous voilà bien chauds…

19h30, nous remballons nos affaires, direction nos fidèles destriers avant le départ. Derniers briefings des navigateurs : Guillaume et Nico aux roabooks pour une première, fignolage des éclairages, nous voilà fin prêts ! Quelques équipes se font particulièrement remarquer avec des déguisements et des éclairages de feu, l’ambiance est toujours au top lors du départ. 19h52, on demande « les Onvoakedal » en grille de départ ! Devant le maestro de séance, Yves, nous décollons enfin à 7, Steph étant désespérément absent. A gauche toute, Guillaume et Nico tentent de se synchroniser, je cale mon compteur, ça suit derrière et les diapos s’enchainent alors que le fameux raidillon est en vue. Ouf, tout le monde monte à sa main et nous nous regroupons en haut après une belle suée. Tiens, on n’a plus froid ? Sans trainer, ça repart et après un, puis deux, petits loupés sans conséquences, nous voilà enfin, dans Bouconne sur ces singles qu’on apprécie tant. Les diapos défilent sans trop de soucis pour la troupe joyeuse des « Onvoakedal ». Sur un sol juste humide par endroits, nous rattrapons quelques équipes qui jardinent et arrivons déjà au premier ravito installé au parking Saint Louis. Un peu de sucré et hop, nous voilà en selle et après quelques hésitations, rendez vous du coté du lac inférieur pour une belle séance de bricolage et jardinage. Sa discute, la parcelle 102 ne devrait pas être là, mais si … Bref , après quelques petits aller-retours, nous retrouvons l’ordre des choses et les diapos se recalent comme par magie ! Guillaume est devant, Nico se bagarre avec le second roadbook qui fait des siennes et fait défiler les diapos sans qu’on ne le lui demande… Après de belles radiales bossues, voilà le second ravito, signe du fameux vin chaud tant attendu. C’est aussi l’occaze de se restaurer de nouveau et d’apprécier cette ambiance nocturne unique. Après quelques verres… nous voilà de nouveau en piste pour le final. Ca tournicote encore et même si la lampe de Jules nous oblige à un scotchage en règle, nous retrouvons enfin les signes distinctifs d’une écurie qui se rapproche. Passage dans les buis, le dernier gué puis la route avant la fameuse descente dans les graviers et le bitume à suivre. Dans cette dernière phase, brusquement ma lampe s’éteint, l’accu n’a pas tenu la distance. Qu’à cela ne tienne, je tente de rester dans le lueur des copains même si certains passages se font plutôt au jugé … Ca passe et à peine le bitume retrouvé ça roule fort en direction de la salle des fêtes. Au delà de la fraicheur qui tombe bien maintenant, ça doit être l’odeur de la soupe à l’oignon qui fait son effet !

22h40, vous y voilà pour un dernier passage au pointage et la mise au repos de nos montures et le dépôt de notre attirail. La troisième mi-temps peut enfin commencer… Entre la soupe à l’oignon/fromage agrémentée de quiches, tartes, et des fameuses gaufres d’Alain sans oublier les breuvages en tout genre, nous rechargeons les organismes qui en ont bien besoin avant de regagner tranquillou nos chaumières… Merci les copains pour cette belle virée nocturne toujours aussi ludique et sympathique. Merci les maillons pour l’accueil et orga sans faille, comme dab !