Ronde des foies gras 2018

Il est 9 heures quand nous arrivons avec Nico et Renaud à Mauvezin, ce village gersois en plein effervescence ! Faut dire que la fameuse ronde des foies gras attire pas mal de monde, en ce deuxième dimanche d’octobre. Sur le parking central, nous retrouvons toute la troupe des « fous du canard » déjà en pleine préparation sans oublier Bruno qui, pour rien au monde, n’aurait raté ce rdv  ! Audrey est déjà aux manettes distribuant les enveloppes des dossards, gobelets et autres précieux tickets sans oublier les tutus versions « poussins ». Pendant que les préparatifs vont bon train et que Nico nous gratifie de belles figures dans sa belle tenue…, la place se remplie progressivement dans une ambiance bariolée et joyeuse. Ca y est, tout le monde est équipé, habillé, les vélos fin prêts pour la belle photo de famille. 

10h pétantes, le mulard s’envole péniblement sous les cris de la foule en délire, c’est partit pour les coureurs (Audrey, Nico, les autres fous et … plus de 700 autres …). Pendant ce temps, les riders patientent encore un bon quart d’heure avant le second lâché du canard dont le décollage cette fois se fait plus énergique, Go ! Y a foule dans les première ruelles et s’échapper du village se mérite. Après un peu de bitume c’est la première montée sur terre ou de nombreux vététistes mettent pied à terre formant un énorme bouchon. Pas grave, on prends son mal en patience pour arriver sans encombre à la première ferme (à peine à 2km) ou déjà les plateaux de foie gras nous attendent. Si la majorité des coureurs du groupe ne nous a pas attendue, on opère, en pleine dégustation, aux premiers changements de montures et hop, nous voilà en route vers la seconde ferme. 6 km de chemins, de bosses et de descentes plus tard sur un cordon de participants maintenant bien étiré, la fameuse ferme du Parc est en vue tout là haut , bondée… Nous retrouvons notre groupe presque au complet, en pleine dégustation de toasts de ce superbe foie gras de la ferme du Parc. 

Nous en profitons avec Nico pour permuter notre monture et sac à dos et me voilà transformé en coureur à l’assaut de ces fameux vallons gersois sous un soleil bien en place et qui monte lui aussi ! Déjà la troisième ferme avec toujours autant de succès autour des ravitaillements. On goutte, on compare, sous le rythme de musiciens locaux et dans une ambiance bien sympa. c’est repartit pour cette fois une longue transition dans la campagne, la prochaine ferme n’étant qu’à 8 km …  Régulièrement on double et on se fait dépasser par des tutus jaunes, tous ravis de partager ce superbe moment même si les raidillons en font grimacer plus d’un … Bruno, Steph aux avant postes, Renaud qui s’accroche et la bande des djeuns Tom, Matthieu, Flora, Pierre …  (désolé, j’en oublie les prénoms), bref, ils sont tous bien là, les fous du canard ! D’ailleurs, beau regroupement à la ferme « Le Loubet » pour une nouvelle belle photo du groupe. Les organismes commencent à tirer, il ne reste que 10 km. On s’accroche même si les crampes commencent à arriver pour certains. Sur ce superbe tracé bien sec et certaines portions énergivores bien ondulées, nous reprenons le circuit après cette nouvelle dégustation. Encore des bosses, des vallons gersois à franchir et ces kilomètres qui s’égrènent doucement. A 20km, nous rechangeons une ultime fois la monture avec Nico qui semble avoir des fourmis dans les jambes.  Nous passons en revue rapidement les dernières fermes, les tutus jaunes ont semblent-ils accéléré et sont majoritairement devant. Derrière, Bruno, Renaud, Nico et ma pomme, nous profitons des derniers ravitos,  plateaux de foies gras obligent…  les derniers kilomètres deviennent de plus en plus durs, les jambes de plus de plus lourdes …  Nico s’accroche et dans un dernier effort gravit en force l’ultime montée de l’arrivée dans le village sous les encouragements de la foule conquise  !

Bravo à tous les fous : Audrey pour l’orga, tous les copains, copines super sympas, sans oublier Nico et Renaud pour le courage et la ténacité dans l’effort !  Mention ++ également à l’organisation, tous les bénévoles qui fond de cette rando, une manifestation incontournable du sud ouest !

   

   

 

Sous le cagnard à Carla-Bayle !

Ce dimanche, filons en Ariège pour la traditionnelle rando Arize-Lèze dans sa 5iéme édition et première pour moi. La départ est prévu depuis le village de Carla-Bayle a une petite heure de la maison. Après l’invitation de Jean de venir partager cet événement Ariégeois histoire de mieux connaitre son terrain de jeu, je lance tardivement la planif et du coup Renaud m’accompagne, suivent Didier,Yann et Alain qui après quelques hésitations décident d’emboîter le pas sur le grand circuit.

7h45 en direct du parking du gymnase de Carla, inscriptions et café matinal bouclés, nous retrouvons Jean et son superbe Levo pour les derniers préparatifs d’avant départ. Dans une température encore agréable, nous décollons de Carla et saluons au passage l’arrivée du reste de la team Vttescapade qui nous rattrapera surement assez vite ! Le village étant bien perché, nous plongeons sur les premiers sentiers à la conquète d’un parcours annoncé bossu. Même si le terrain est archi sec voire cassant, Jean surpris par un large trou boueux resté à l’ombre nous rappelle qu’il est facile et rapide d’aller au tas en quelques secondes (heureusement sans bobos). Nous progressons rapidement alternant petites portions bitumeuses et larges pistes à la découverte de superbes vallons avec en arrière plan la découpe d’une chaîne des Pyrénées quelque peu embrumée.

Bien en rythme et après la montée de la bourgère, à Rebaillou, Jean ouvrant la voie sur son Levo, nous attaquons la longue ascension vers le Dolmen de Seignas alternant bitume, larges pistes et pour finir champs de cailloux énergivores du Plantaurel. Au dolmen, si l’équipe au complet se retrouve pour la photo en haut du gros cailloux, nous poursuivons en balcon sur les crêtes pour une séquence bien sympa malgré toujours ces pierrés qui exigent une vigilance de tous les instants. Laissant à mi parcours nos copains décidés sur le grand parcours, nous basculons sur une belle dévalade technique, boisée, fort sympathique jusqu’à Montfa ou le ravito est installé ! Après un bon quart d’heure de pause sucré-salé, histoire de recharger les organismes, ça repart sous un cagnard maintenant bien là. Heureusement, la trace prends des couleurs différentes, en partie ombragée et moins cassante. Nos ondulations se poursuivent alors dans des paysages plus classiques en alternance de petites portions de routes, de pistes particulièrement éprouvantes et quelques phases descendantes bien agréables. Alors que l’écurie se rapproche, une crevaison de mon pneu arrière nous force à la pause technique avant d’entamer le final de la rando.

Encore une séquence sévère sur une portion de tôle ondulée marquée de sabots de vaches avant de basculer sur le dernier vallon pour remonter vers le village tout la haut. Il est plus de midi, ça tape grave sur les casques et les derniers hectomètres sur le bitume semblent interminables. Enfin, voilà le parking et la banderole d’arrivée ou nous attends le pointage.  Nos montures au repos, c’est d’abord autour d’une mousse bien fraîche suivi du repas réparateur que nous nous retrouvons pour partager encore ces derniers bons moments.  Bravo l’organisation pour la découverte même si du single plus tournicotant nous a un peu manqué sur ce tracé particulièrement exigeant. Merci à mes camarades de rando pour cette matinée bien sympa. Désolé aux copains du 50km arrivés plus tardivement et que nous n’avons pas pu attendre pour partager leur impressions. 

      

      

Ca Barberoule à Gruissan !

Sous un cagnard franchement estival, je découvre au hasard d’une banderole l’existence de la rando VTT la Barberoule prévu ce dimanche sur Gruissan. Manque de chance, pour une fois, je suis venu sans mon spad préféré mais qu’à cela ne tiennes, je devrais bien en dégoter un… Samedi soir, il est 18h quand en direct du loueur des Ayguades, j’adopte un splendide …  Decat RockRider520 pour la rando du lendemain. 

Dimanche 7h00, à la fraiche (ou presque) direction le stade pour les inscriptions vite bouclées. Alors que le parking se remplit, j’avale un café et hop, me voilà sur la trace du circuit 27/40km. Nous laissons rapidement la piste cyclable pour filer vers le Bouis et se mettre rapidement à l’ombre dans la Clape. D’entrée de jeu, la trace tournicote à souhaits, enroulant de lacés les pins maritimes sur un terrain dur et caillouteux sans véritables surprises. Si je retrouve de belles séquences habituelles, j’alterne également avec de nouvelles variantes joueuses parfois bien techniques. Le rockrider ne sent pas trop mal dans cette première partie relativement peu exigeante quand je bascule à Tintaine jusqu’à Pech Rouge sur un singletrack plongeant de toute beauté. A Pech Rouge, je laisse le bitume après 100m d’ascension pour encore de beaux enchainements en remontée vers le secteur de la vigie. Je bifurque, tourne et retourne dans un dédale de singles et de belles portions empierrées ou le decat montre ses limites (le pilote aussi surement..). Le ravito sous la vigie arrive à poings nommés pour la pause révigorante qui va bien. Un peu de salé, sucré et ça repart vers Saint Obre avant le secteur de la chapelle ou je décide d’écourter la rando à cause d’un timing quelque peu serré. Après 2h40 de pédalage, je retrouve les Ayguades sous un soleil bien installé. Merci l’orga pour cette belle escapade qui m’a permis de découvrir encore de nouveaux sentiers à revisiter bien vite !

     

Sortie CESI sous le soleil !

Après plusieurs reports cause météo, le soleil était bien au rendez vous ce jeudi pour la sortie Vélo CESI. Bon score cette année puisque nous étions 25 à avoir répondus présents pour la traditionnelle ballade du Touch. Malgré l’émergence de nombreux vélos électriques cette année, le rythme aller est resté « tranquilou » le long du Touch pour rejoindre sans encombre Plaisance après une petite demi heure de pédalage plus ou moins ombragée. Comme prévu, Sabine et François nous attendaient à l’ombre, du coté du Pigonnier de Campagne, pour un ravitaillement en règle. Rassurez vous les absents, rien n’a manqué ! (olives, tomates, crudités, melon, superbes plateaux de charcutaille, fromages, fruits, sans oublier les breuvages pour la réhydratation…). Bref, tranquillement sur l’herbe, nous avons pris le temps de cette halte revigorante pour apprécier et faire le plein de vitamines…. Après une bonne heure de pause et malgré l’envie de rester plus longtemps pour certains, ben, fallait bien rentrer quand même ! Ce fût, comme à l’habitude un retour rapide par vagues, les plus pressés devant, les moins motivés pour reprendre le boulot à l’arrière après cette sympathique pause bucolique. Merci à tous, participants habitués, nouveaux venus, membres du CE sans oublier Céline pour les petits cadeaux habituels qui font toujours plaisir.