Sous le soleil de Gruissan

Fallait pas rater ces 3 jours de retrouvailles et d’exploration VTT du coté de Gruissan pour ce grand week-end ensoleillé et sans un souffle de vent.
Retour aux affaires : Après un premier tour de chauffe familial le vendredi en bord de mer et du coté du lac, je part à l’abordage de la vigie ce samedi matin sous un petit 16°c montant … Ca grimpe également du coté des Abattuts avant de rejoindre Vente-Farine puis la vigie après un bref portage. Dans l’ascension, je retrouve caillasse et racines qui font la marque de fabrique de cette Clape toujours aussi exigeante. Après la pause photo de la tour d’observation, face à la mer, la séquence, format XXL,  en balcon pour rejoindre le plateau de la Chapelle entre les grandes épingles gravillonnées constitue toujours un grand moment de pur bonheur.  

Déjà voilà la chapelle puis, d’une traite, la grande dévalade au taquet dans les graviers, histoire de rejoindre rapidement du ludique plus ombragé et en sous bois. Au parking, direction le trou de la Crouzade en contournement des Caunes par ces superbes sentiers joueurs. Signe des dernières intempéries et une fois n’est pas coutume, de belles ravines annoncent leur cargaisons de crevasses et racines qu’il faut s’appliquer à franchir sans oublier ces trous gavés d’eau qui ne perturbent en rien la progression magique en sous bois.  Je bascule déjà vers la fontaine des Chevriers pour une seconde pause au réservoir avant d’enquiller le fameux single en devers toujours aussi bon. Après un bref passage sur bitume, me voilà sur Chaucholes puis le Bouis histoire de rejoindre le trou de Marrou vers Tintaine. La bifurcation en boucle vers le Planal de la Passe permet encore de prolonger l’escapade plaisir. Je rejoint enfin, l’écurie après deux bonnes heures de régalade dans la clape retrouvée et toujours aussi authentique. 

La redécouverte de l’Île Saint Martin est l’opportunité d’un ultime ride dominical entre terre et mer.  Sans être des plus pentues, la trace reste ludique et bien marquée par ses monotraces tournicotantes et empierrées à souhaits enter vignes et massif avant de retrouver les Cabannes des pécheurs de l’Ayrolles annonçant un retour au calme via la digue sur le lac. 

Au total, 80 km de retrouvailles parfois physiques, toujours ludiques qui devraient en inspirer de nouvelles dans les prochains jours… 

      

      

      

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.